Les multiples facettes de la pièce de rechange pour automobile

Pour assurer le bon maintien d’un véhicule, il faut s’attendre à des entretiens réguliers ainsi que l’achat de pièces de rechange à tout moment. En effet, une voiture est équipée de différentes composantes qui doivent être remplacées une fois qu’elles ne remplissent plus leurs fonctionnalités. De qualité équivalente, adaptable, d’occasion ou reconditionnée, une connaissance de ces différentes notions est requise pour trouver la pièce adéquate.

 

Les pièces de qualité équivalente

En terme juridique, une pièce est dite de qualité équivalente lorsque « la qualité est suffisamment élevée pour que leur emploi ne porte pas atteinte à la réputation de réseau agréé en question ». Ces pièces sont conçues par les équipementiers sur le marché de la deuxième monte. Le processus de fabrication est légèrement différent de celui du cahier des charges, par contre la qualité reste inchangée.

 

Les pièces adaptables

Une pièce adaptable est une copie plus au moins conforme de la pièce d’origine. D’après les fabricants, la qualité de ces pièces peut varier de mauvaise à excellente. Contrairement à la pièce d’origine, elle se vend à des prix plus abordables. Pour la reconnaître, il faut être attentif à l’emballage qui ne correspond pas à celui du constructeur automobile du véhicule. Toutefois, les pièces de fonctionnement ne sont pas disponibles sous cette forme. C’est notamment le cas pour le capteur de vitesse et le moteur.

 

Les pièces d’origine

Les pièces d’origine correspondent aux pièces produites depuis l’usine. Elles font l’objet d’un dépôt et sont régies par des lois de propriété intellectuelle. Ainsi, elles proviennent uniquement des services de pièces de rechange du constructeur en question. Pour s’assurer que la pièce de rechange est neuve d’origine, il suffit de repérer la marque et la référence du constructeur. Ces indications sont visibles sur les emballages et les pièces elles-mêmes.

 

Les pièces de contrefaçon

La contrefaçon exprime les actions mises en œuvre pour faire croire au client que la pièce est d’origine. Cela se matérialise surtout au niveau de l’emballage. De plus, ces pièces engendrent de nombreux problèmes dont un souci de qualité, un dysfonctionnement du véhicule et des risques de poursuites pour utilisation illégale de la marque du constructeur.

 

Les pièces d’occasion

Les automobilistes au revenu modeste considèrent les pièces d’occasion comme une alternative pratique et économique. Il faut savoir qu’aucune loi n’interdit la vente de pièces d’occasion. Ils sont d’ailleurs accessibles auprès des particuliers, des sites de vente en ligne et des magasins spécialisés en mécanique. Cependant, cette option ne présente aucune garantie sur la qualité des pièces. Étant donné que l’usure des pièces n’est pas visible au cours de l’achat, le risque de perte est d’autant plus important.

 

Les pièces reconditionnées

Les pièces de rechange reconditionnées désignent les produits de seconde main remis à neuf. Par conséquent, les pièces font l’objet d’une batterie de vérification et de tests avant leur commercialisation. La plupart du temps, ces pièces peuvent être consignées. Cela signifie qu’elle peut être renvoyée et échangée. De même, on peut bénéficier d’une réduction de prix et d’un remboursement en cas d’incident. Le choix de pièces reconditionnées constitue donc un investissement intéressant.

Cet article a été écrit par Franck

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.