Une étude révèle qui investit dans l’immobilier en France: où achètent-ils et pourquoi?

Une étude de la banque hypothécaire Crédit Foncier dresse le profil des acquéreurs immobiliers français, avec un focus sur l’investissement locatif. Il met en évidence les six régions les plus prisées par les acheteurs, les types de propriétés et les principales raisons pour lesquelles les particuliers investissent dans l’immobilier.

 

 QUAND OÙ?

L’ étude du Crédit Foncier a été publiée mercredi 16 e Septembre et les chiffres des rapports de la première moitié de 2015. Il révèle que la majorité des acheteurs sont attirés à Paris et le sud de la France. En effet, huit personnes sur dix investissant dans l’immobilier en France achètent un bien immobilier dans six grandes régions: Île-de-France, Midi-Pyrénées, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Aquitaine, Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon.

Ces six régions – sur les 22 que compte le pays – représentaient 78% des investissements locatifs privés au premier semestre 2015. C’est un phénomène croissant: la part de ces six régions était de 73% en 2010. En tête de la course de loin, le La région Île-de-France détient 20,5% de l’investissement locatif privé du pays, contre 16,4% en 2010.

QUI?

L’étude constate que la majorité des investisseurs privés sont des couples mariés (59%) de plus de 40 ans (72%, l’âge moyen étant de 46 ans) avec un revenu locatif moyen de 67 500 euros. Cependant, les revenus moyens diffèrent d’une région à l’autre avec les revenus les plus élevés pour les investisseurs privés locatifs que l’on retrouve dans les régions Île-de-France (74 390 euros) et Rhône-Alpes (73 600 euros).

Selon le rapport, plus des trois quarts des investisseurs étaient satisfaits de leurs investissements au premier semestre 2015, 26% très satisfaits et 51% plutôt satisfaits. Cette part d’investisseurs – satisfaits, en tout ou en partie – a fortement augmenté ces deux dernières années: 66% en 2013, 74% en 2014 et 77% en 2015.

QUELLE?

La surface moyenne en mètre carré acquise par les investisseurs locatifs est de 41m2, correspondant généralement à un appartement de 2 chambres. En effet, ces dernières années, les investisseurs se sont concentrés sur des propriétés plus petites, principalement des studios ou des 2 lits. Cette tendance s’est poursuivie au premier semestre 2015 avec ces types de propriétés représentant 59% des biens immobiliers achetés par des investisseurs privés. Ils préfèrent également généralement les appartements (90%) aux maisons (10%) et 53% des investisseurs choisissent d’acheter une propriété dans une grande ville plutôt que dans des villes plus petites ou à la campagne.

L’immobilier reste un investissement privilégié: à la question «Préférez-vous investir dans l’immobilier, l’assurance-vie, l’épargne sécurisée ou la bourse», 57% des répondants ont choisi l’immobilier comme premier choix.

POURQUOI?

La perspective de payer moins d’impôts est la principale raison d’investir dans l’immobilier – en particulier dans le secteur du neuf – avec 54% des 3000 clients du Crédit Foncier interrogés mentionnant des lois fiscales avantageuses en place comme principal facteur de motivation pour investir dans l’immobilier. 44% des personnes interrogées étaient motivées par la perspective de revenus complémentaires à la retraite et 41% investissaient pour se constituer un patrimoine.

Différentes lois offrant des avantages fiscaux aux investisseurs se sont succédées ces derniers temps, chacune portant le nom d’un ministre du logement différent. Leurs objectifs sont doubles: encourager la construction neuve et fournir des incitations significatives à l’investissement locatif, notamment dans les zones présentant une pénurie d’offres locatives.

Dans le prolongement de la loi Duflot, la loi Pinel – entrée en vigueur le 1 er septembre 2014 – a été mise en place pour favoriser l’investissement locatif, notamment dans l’immobilier neuf.

L’ application aux transactions qui ont lieu entre le 1 er Septembre 2014 et le 31 er Décembre 2016, il permet aux investisseurs de location de recevoir 2% des réductions d’impôts par an à partir du 1 er au 9 e année du bien loué, avec un remboursement d’impôt de 1% supplémentaire par an à partir du 10 e au 12 e année.

Des avantages fiscaux supplémentaires s’appliquent si le bien est loué aux ascendants ou descendants du propriétaire – parents ou enfants. Pour bénéficier de la nouvelle loi, le bien doit être situé dans une zone où il y a une pénurie de logements locatifs, et doit répondre à un standard général de performance énergétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *