Comment se pratique la taille douce d’un arbre ?

La taille douce est une opération qui consiste à enlever les branches mortes présentes sur un végétal, mais également celles qui sont en contact du fait d’une superposition. La réalisation de cette opération délicate doit être confiée à un élagueur professionnel pour éviter les erreurs ayant des conséquences néfastes sur le développement de l’arbre.

Taille douce, notion de base

Le respect de l’architecture naturelle du végétal est l’objectif principal du type d’élagage appelé taille douce. À part cela, elle vise à ne pas porter atteinte aux courants de sève afin que cette dernière puisse encore irriguer les branches de manière à ce qu’après la coupe, le végétal se cicatrise plus rapidement. Enfin, il est nécessaire de préciser que la taille douce est une manière de supprimer certaines branches de l’arbre sans que celui-ci ne soit pas traumatisé, d’une part, et d’autre part, sans qu’il ne soit pas exposé à des maladies et parasites du fait d’une ou de nombreuses plaies béantes.

Pour assurer la réussite d’une taille douce d’un végétal, il est indispensable de faire appel à l’expertise d’un expert comme cet élagueur professionnel qui se trouve dans le 94. Disposant de compétences techniques particulières dans ce domaine, ce dernier saura mettre en œuvre son savoir-faire pour que les voisins ne remarquent même pas que votre arbre a été élagué. Cette impression découle du fait que l’opérateur garde la forme naturelle du végétal, mais a simplement réduit le volume et la densité des feuilles ainsi que la hauteur de l’arbre.

Si vous n’avez pas encore planté votre arbre, mais que vous projetez de le faire incessamment, sachez qu’il vous appartient de vérifier d’abord si l’espace dont vous disposez est suffisant pour un bon développement du végétal. Dans l’affirmative, il n’est pas indispensable de procéder à la taille douce.

Maîtrisez les points de ramification naturelle

Lors de la réalisation de la taille douce, l’élagueur doit veiller à ce qu’il revienne sur des points de ramification naturelle. Cela signifie qu’il est indispensable de couper les branches malades ou mortes au bout de son point de naissance. Dans le cas où la branche est née d’une ramification, c’est au ras de cette dernière que doit être opérée la coupe.

Dans le cas où vous ne respectez pas cette règle, la branche peut réagir de différentes manières qui ne sont pas favorables pour l’arbre. Si vous coupez une branche à moitié, une mauvaise irrigation de l’extrémité pourrit cette dernière et favorise le développement des champignons parasites. Mais il peut également arriver que le développement soudain des bourgeons latents sous la zone coupée tue les futures branches vigoureuses. C’est ce qu’on appelle phénomène du balai de sorcière.

Sachez également que lorsque vous coupez la branche, vous devez veiller à ce que vous n’interveniez pas trop loin de ce que les arboristes appellent point d’insertion. Cela aidera le végétal à se cicatriser plus rapidement. De même, la suppression des cellules responsables de la fabrication de bourrelets est assurée si vous coupez trop près de la branche. Pour éviter de tels problèmes, pensez donc toujours à ce que votre intervention permet d’assurer une conservation du bourrelet cicatriciel.

Respectez les fréquences d’élagage

La réalisation de la taille douce d’un arbre s’inscrit dans la nécessité de faire pénétrer dans les feuilles une certaine quantité de lumière et de l’air. Pour un arbre de moins de 10 ans donc, la taille douce doit intervenir tous les ans et tous les 2 ans pour les végétaux qui ont entre 10 et 20 ans d’âge. Par contre les arbres de 20 ans et plus ne doivent être taillés que tous les 5 ans.

 

1 Commentaire

Ajoutez les vôtres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *